Ameublissement de la couche arable

Le travail du sol est, avec la fertilisation et les rotations, une des clefs de la réussite en agriculture biologique.

L’ étude des techniques de travail des sols est particulièrement complexe parce que chaque sol est un cas particulier, et aussi parce qu’il devient très difficile de s’y reconnaître dans la multiplicité des matériels présentés par les fabricants.

Un des meilleurs spécialistes des questions de travail des sols en agriculture biologique est Jean-Marie Roger ; nous avons fait nôtres bon nombre de ses conceptions.

Principe de l'ameublissement

Principe de l’ameublissement

Le travail du sol vise à mettre celui-ci dans un état tel que les plantes y trouvent les conditions de développement idéales en lui donnant la structure physique la plus favorable à la culture pratiquée et en favorisant l’activité biologique du sol.

Données générales

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Les règles de bases

  • l’ameublissement doit s’effectuer en respectant l’ordre rationnel des couches du sol : il s’agit d’ameublir et non de retourner, ni de mélanger les différentes couches du sol
  • les matières organiques doivent subir une préhumification en surface avant d’être incorporées à la couche arable
  • il faut éviter de multiplier les passages
  • il faut travailler le sol au bon moment, lorsqu’il n’est ni trop sec, ni trop humide

les outils

Charrue

Charrue

  • Les charrues ont longtemps été les seuls instruments utilisés à de rares exceptions près, pour l’ameublissement de la couche arable ; elles découpent une tranche de terre qu’elles retournent plus ou moins complètement. Elles ne peuvent être utilisées en agriculture biologique que dans certaines conditions.
  • Les appareils à dents et à pointes ameublissent le sol sans le retourner ; c’est pourquoi, dans bien des cas, on les préfère à la charrue
  • les appareils rotatifs mélangeant intimement la couche de terre qu’ils travaillent ; ils ne sont donc utilisables, en agriculture biologique, que pour un travail à faible ou moyenne profondeur

Les différents types de labour

On peut distinguer plusieurs grandes techniques d’ameublissement, selon les types d’appareils utilisés et l’ordre dans lequel ils sont utilisés. Le choix entre ces techniques sera dicté par la nature du sol et par les cultures pratiquées.

Le labour peut, selon la manière dont il est fait, être le meilleur ou la pire des choses. Le labour profond, avec retournement complet de la bande travaillée, constituent un non-sens biologique. Par contre, un labour léger, n’enfouissant la matière organique que superficiellement, peut être la meilleure méthode de travail pour certains sols.

Les caractéristiques du labour sont déterminées par plusieurs facteurs :

  • la nature du sol et son degré d’humidité au moment du labour
  • le type de versoir
  • le réglage de la charrue

Un labour ne peut être réussi que s’il est fait au bon moment, lorsque le sol n’est ni trop sec ni trop humide. Si on laboure un sol trop humide, les bandes de terre découpées par le sol sont compactées et il se forme de grosses mottes qui durcissent et empêchent les êtres vivants du sol de faire leur travail dans de bonne conditions.

Plus la vitesse d’avancement du tracteur est grande et plus la bande de terre découpée se désagrège facilement. Les labours rapides donnent des labours « jetés » dans lesquels la terre est émiettée et projetée d’une bande sur l’autre.

Le type de labour qui laisse une surface relativement lisse est intéressant lorsqu’on veut semer immédiatement après le labour.

Par contre, pour les labours d’automne ou d’hiver, lorsque le sol doit rester à nu un certain temps, il est préférable de faire un labour en grosses mottes, à vitesse plus lente.

Selon le type de versoir choisi, la bande de terre est plus ou moins retournée et plus ou moins disloquée.

Le réglage de la charrue permet de déterminer la profondeur et l’inclinaison du labour. Pour obtenir un labour dressé la largeur doit être égale ou légèrement supérieure à la profondeur du labour. on choisira de préférence des charrues à faible largeur qui permettent de faire des labours plus légers.

Ajouter un commentaire