La fertilisation des plantes sarclées

En lisant cet article, vous allez avoir l’occasion de connaître la fertilisation des plantes sarclées à savoir :

  • le maïs
  • les pommes de terre
  • les betteraves

Le maïs

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Maïs

Maïs

Le maïs demande une fumure organique abondante, sous forme de fumier ou de compost.

  • après un engrais vert ou une légumineuse annuelle, 10 à 15 t de compost (ou 15 à 25 t de fumier) sont généralement suffisantes
  • en sol pauvre, ou en l’absence d’engrais vert, apporter 20 à 25 t de compost (ou 30 à 40 t de fumier) ; dans les sols pauvres, un apport complémentaire d’engrais azoté organique au moment de la préparation du sol pour le semis pourra être bénéfique (30 à 40 unités sous forme de purin, guano, fumier de poule, poudre de sang…)

Les pommes de terre

Leur fertilisation sera sensiblement la même que celle du maïs :

  • apport de fumier ou de compost à l’automne, modéré après un engrais vert, plus important dans le cas contraire
  • dans les sols pauvres, apport complémentaire d’un engrais organique à action rapide, ou de nitrate de Chili dans les cas les plus difficiles, juste avant le buttage

On peut également effectuer un apport de purin avant la plantation.

Les betteraves

Betterave

Betterave

La fertilisation de la betterave à sucre et de la betterave fourragère est sensiblement la même. Pour obtenir des rendements élevés, il est nécessaire de faire un bon apport de fumier (30 à 40 t/ha) ou de compost (15 à 30 t/ha) ainsi qu’un apport de purin (environ 20 à 30 m3/ha), particulièrement intéressant en raison de sa richesse en potasse.

Ces apports pourront être réduits si la culture de betteraves est précédée par un engrais vert. L’apport de potasse minérale n’est pas indispensable, malgré les besoins élevés des betteraves en cet éléments, si le sol est bien pourvu en potasse et reçoit un bon apport de fumier et de purin.

Fritz Dahler, agriculteur suisse en biologie depuis 25 ans (méthode Müller), obtint des rendements en betteraves fourragères de 100 à 125 t/ha, sans autre apport de potasse minérale que celle contenue dans les poudres de roche, apportées à la dose de 300 kg/ha ; par contre, il effectue des apports importants de purin.

Toutefois, dans les sols ayant une activité biologique ou des réserves de potasse insuffisantes, on pourra faire un apport de 300 à 400 kg/ha de patentkali.

Ajouter un commentaire