Tout connaître sur le labour

Dans la plupart des cas dans le monde, les labours d’été sont effectués :

  • pour nettoyer les sols sales (envahissement de ronces, de chiendent)
  • pour détruire les prairies : les matières organique a le temps de s’humidifier avant l’hiver
  • pour préparer le sol en vue d’une culture de fin d’été ou d’automne

Le choix de l’époque du labour

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Il faut faire le bon choix

Il faut faire le bon choix

On s’efforcera de pratiquer ces labours avant dessèchement complet du sol. Mais dans de nombreux cas les labours d’été pourront être remplacés par un ameublissement par des instruments à dents.

En agriculture biologique, les labours d’été sont surtout intéressants :

  • pour nettoyer des sols particulièrement sales, avec des plantes à enracinement profond qu’il serait difficile de détruire avec des appareils à dents ou à pointes, à moins de multiplier les passages
  • pour préparer certains sol argileux trop difficiles à travailler avec d’autres appareils

De toute manière, on se bornera à des labours légers. Les labours d’automne sont surtout intéressants si la terre doit être réensemencée peu de temps après : on ne fera jamais de labours d’automne si le sol doit rester nu pendant l’hiver ; une partie des éléments fertilisants serait perdue et la vie microbienne du sol serait perturbée.

Les labours d’hiver sont particulièrement adaptés aux sol argileux, qui peuvent ainsi bénéficier de l’action du gel. Ils doivent être effectués :

  • ni trop tôt, pour éviter les pertes par lessivage
  • ni trop tard, pour que le sol ne soit pas trop détrempé par les pluies d’hiver.

La date idéale dépend du climat de l’année. On effectuera des labours aérés et motteux, à vitesse lente. Dans les sols à structure instable (sols battants) les labours d’hiver sont à proscrire.

Les labours de printemps sont les plus difficiles à réussir et se justifient rarement en agriculture biologique. Ils peuvent toutefois présenter un intérêt :

  • dans les sols battants, le labour devant être effectué le plus près possible de la date du semis
  • pour préparer le sol sur un engrais vert semé à l’automne sans labour

Le travail du sol avant et après labour

En fonction de la date à laquelle il est effectué, et des cultures le précédant et le suivant, le labour suit certaines façons culturales et en précède d’autres.

On peut distinguer deux grandes méthodes :

La méthode classique

Labour précédé éventuellement d’un déchaumage et suivi de façons superficielles. Cette méthode est valable dans certains cas, notamment dans les sols à bonne structure, en particulier lorsque le temps presse.

Mais elle présente, en général, un gros inconvénient : le labour provoque un bouleversement brutal de la vie microbienne, avec un risque d’asphyxie et d’anaérobiose d’autant plus grand que le sol et plus rapidement travaillé e préparé pour le semis.

La méthode dite de façons inversées de J.M.Roger

Elle consiste à effectuer les façons superficielles avant le labour. Elle permet parfois de supprimer le labour, surtout les années sèches et en sol propre.

Elle repose sur les principes suivants :

  • fatiguer la végétation de surface en décollant ses racines et en répétant l’opération une deuxième fois au moment où les racines cherchent à se réimplanter ; on épuise ainsi leurs réserves et on supprime toute possibilité de repousse future dans la culture ; ce procédé est indispensable pour la destruction des engrais verts
  • dessécher la végétation pour la préhumifier en surface. Pour que cette préhumification ait le temps de s’effectuer, il faut prévoir, entre deux passages d’outils :
    • au moins 8 à 10 jours en période de vie microbienne intense
    • jusqu’à trois semaines en période humide et froide
  • effectuer des premières façons légères pour ne pas brutaliser la vie du sol, mais au contraire la stimuler : le façons suivantes seront de plus en plus profondes au fur et à mesure du développement de cette vie
  • espacer les façons pour permettre à la vie du sol de se développer et de s’adapter aux conditions nouvelles créées par le travail du sol

Ajouter un commentaire